Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 10:41

En raison de contreparties inacceptables,

nous n’avons pas signé l’accord.

 

Ce texte «Un avenir pour chaque postier» regroupe en un seul accord 3 sujets très différents (dont celui réclamé par FO sur la transposition à La Poste des grilles indiciaires B et C).

Pourquoi cette fusion alors que, pendant toute la durée des négociations, nous étions sur 3 textes distincts.

Ce procédé n’est pas à la hauteur de l’enjeu et du niveau de dialogue social attendu dans la 1ère entreprise publique de France.

La Poste prend les postiers et leurs organisations syndicales en otage. Libre à chacun d’accepter, Force Ouvrière le refuse.

 

LES RÉFORMES DES CATÉGORIES C ET B: POURQUOI FO NE SIGNE PAS CE QU’ELLE A INITIÉ ET

DUREMENT REVENDIQUÉ?

 

FO est à l’initiative de la mobilisation pour la transposition à La Poste de l’accord Fonction publique de 2008 concernant les catégories B (classe II) et de 2014 pour la catégorie C (classe 1). Pétitions et interventions auprès du ministère de la Fonction publique ont amené La Poste à ouvrir le dossier. Ce sont des avancées dont ont bénéficié 2 millions de fonctionnaires de l’Etat par décision unilatérale du ministère de la Fonction Publique sans recherche d’accord (signature) avec les syndicats. Il en a été de même à France Télécom.

Qu’en est-il à La Poste ? Si des améliorations de fin de carrière ne sont pas contestables, l’allongement de plusieurs échelles indiciaires écarte de fait un grand nombre de postier(e)s de l’accès aux derniers échelons. Les fonctionnaires de la Poste ne sont pas traités comme les autres fonctionnaires. Serions-nous des sous-fonctionnaires ?

 

LES CONTREPARTIES INACCEPTABLES.

Les organisations syndicales qui attisent l’hostilité des postier(e)s envers les syndicats non signataires esquivent les sujets qui fâchent et donc les aspects les plus pervers de cet accord.

 

Dans le préambule de l’accord, La Poste s’engage à « exclure tout dispositif de départ contraint collectif » autrement dit, pas de plan social.

Ce bel engagement cache une réalité plus pernicieuse. En effet, cela n’exclut pas la possibilité de faire desdéparts contraints individuels. En ne listant pas les types de départ que La Poste s’interdit de faire, cela ouvre la possibilité de mettre en place, par exemple, un plan de départ fondé sur le volontariat, des licenciements économiques individuels. Qui n’a pas connaissance dans son entourage professionnel de salariés subissant des pressions pour quitter l’entreprise (rupture conventionnelle contrainte), ou licenciement abusif pour inaptitude.

 

 

 

 

QUEL SYNDICAT SIGNATAIRE EN PARLE ?

 

 

 

 

 

 


 Création de bassins de vie (classe 1 et 2) et bassins d’emplois (groupe A). Tout le monde est visé !

_ Suppression de la règle des 30 km en cas de réorganisation, cela aura pour conséquence un risque de mobilité dans des périmètres géographiques notablement élargis. Ce ne sont pas certaines formulations du genre «au moins une des 3 propositions concernera un poste situé dans les 30 km du

lieu d’affectation d’origine lorsque cela sera possible…» qui sont de nature à tranquilliser ! Les bassins de vie couvrent régulièrement en province des distances de 80 kms.

Pour les cadres supérieurs, ce sont les bassins d’emplois. Cela annonce : «préparez vos valises, vous allez voir du pays ! » car ils couvrent plusieurs départements (les militants FO les ont à votre   disposition). Certes, des indemnités revalorisées pour l’accompagnement à la mobilité sont prévues mais comme chacun le sait, c’est «pour solde de tout compte ».

10 ou 20 euros gagnés pour les fonctionnaires qui bénéficieraient de miettes de la Fonction

publique ne compenseront jamais l’allongement du trajet pour se rendre au travail, sans oublier la

dégradation des conditions de vie.

D’un côté, on lâche 10 ou 20 euros mensuels (pour ceux qui bénéficieront de mesures fonction publique qui leurs sont d’ailleurs dues) et de l’autre, on écrit les nouvelles règles de mobilité qui deviendront leur quotidien.

_ L’engagement du Président Bailly pris en 2012, repris dans un courrier de la DRHRS, Sylvie François, consiste à ne pas subir de réorganisation dans un délai inférieur à 2 ans, mais ne figure pas dans l’accord.

De ce fait, il n’a pas la moindre valeur juridique. Doit-on encore croire aux engagements moraux ?

«Chat échaudé craint l’eau froide ».

_ Création d’un complément de rémunération en remplacement de l’actuel complément Poste.

Les propositions restent très éloignées des gains obtenus dans les affaires traitées au conseil

des prud’hommes. Nous ne validerons pas un accord moins disant que ce qui est accordé par le juge aux salariés qui, avec FO, réclament l’égalité salariés/fonctionnaires.

_ La Poste ne respecte pas son engagement d’ouvrir une négociation nationale spécifique (prévu dans QVT) sur les filières : prévention, assistant(e)s sociaux, assistant(e)s de santé au travail et infirmier(e)s.

C’est seulement, « si vous signez l’accord, on ouvrira une concertation ! ».  Encore et toujours du chantage… N’est-ce pas cela prendre en otage les postier(e)s et leurs organisations syndicales ?

Si tout cela ne constitue pas une détérioration des conditions de vie et de travail, autant expliquer qu’il fait soleil quand il pleut.

 

Encore une fois, la Direction donne d’une main et reprend de l’autre.

Cette mauvaise habitude n’aura pas l’agrément de Force Ouvrière !

 

 

INJUSTE, ANTIPROGRESSISTE,

 

CET ACCORD N’EST PAS ACCEPTABLE.

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 


 


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by focompostelandes - dans LES COMMUNIQUES
commenter cet article
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 10:35

 

Cet accord ressemble à ce que Victor Hugo décrivait comme : " L'avenir, fantôme aux mains vides, qui promet tout et qui n'a rien !

 

Force Ouvrière ne veut pas prendre part à un suffrage qui n'offrirait aux Postières et aux Postiers que des miettes empoisonnées.

 

Simplement la possibilité de se voir offrir des plans sociaux sans que la Poste le dise et donc sans les protections prévues par la loi (contrôle de l'inspection du travail et du juge).

 

Simplement des cascades de réorganisations sans garantie de se voir reclasser près de chez eux et leur offrant pour le futur comme logement une roulotte.

 

Force Ouvrière a eu la naïveté de croire qu'après des mois de négociations, la rémunération, l'inégalité entre salariés et fonctionnaires, la situation de l'emploi allaient trouver des vraies améliorations. La Poste se préparait a créer un monstre.

 

Force Ouvrière préfère laisser cette responsabilité à des OS à la botte de l'Entreprise.

Repost 0
Published by focompostelandes - dans LES COMMUNIQUES
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 14:56

 

FOCom Ile de France continue la mobilisation face à une direction de La Poste qui ne veut rien entendre...la justice devra à nouveau trancher !!!!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by focompostelandes - dans LES COMMUNIQUES
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 10:01

 

Les syndicats de la Poste ont critiqué vendredi le projet de nouveau contrat de service public que l'Etat et l'entreprise s'apprêtent à signer pour la période 2013-2017, déplorant notamment que la distribution de lettres recommandées en 48 heures devienne "un service à part entière".

Les syndicats ont récemment reçu une version qu'ils jugent "quasi définitive" de ce contrat, qui précise les engagements respectifs de l'Etat et de la Poste et fait suite au précédent contrat pour 2008-2012. Le document de quelque 25 pages confirme les quatre grandes missions de service public de La Poste : le service universel postal, le transport et la distribution de la presse, l'accessibilité bancaire et la contribution à l'aménagement du territoire. Il devrait être signé fin avril, selon les syndicats. La CGT, SUD ou encore FO ont critiqué le texte, pointant un certain "flou" et un manque de volontarisme de l'Etat.

La CGT, premier syndicat de la Poste a notamment fait part de sa "désapprobation totale". Pour le syndicat, l'accord "entérine en les aggravant les dispositions prises lors du dernier contrat" et les missions de service public "sont mises en danger par la confirmation du désengagement de l'Etat". La CGT déplore notamment "l'officialisation de la lettre verte" (acheminée en 48 heures et non en un jour), la mention du recommandé en J+2 et non plus en un jour, ou encore les possibilités d'accès des clients de la Banque postale aux crédits renouvelables (ou crédit revolving). En outre, FO souligne le "manque de clarté et de distinction" du contrat tandis que SUD souligne son caractère "vraiment très flou".

Source : Europe1.fr avec AFP, publié le 29 mars 2013 à 13h15Mis à jour le 29 mars 2013

Repost 0
Published by focompostelandes - dans LES COMMUNIQUES
commenter cet article
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 13:59

L'homme âgé d'une quarantaine d'années a tenté de mettre fin à ses jours dans un centre de la Poste de Bayonne ce lundi matin mais a pu être secouru par des collègues. Une enquête interne est ouverte.

Un employé de La Poste a tenté de se suicider lundi matin sur le site du centre de courrier de Bayonne, mais a pu être secouru par des collègues, ont indiqué des sources syndicales et la direction. L'homme âgé d'une quarantaine d'années a essayé de se pendre vers 7h45 dans l'enceinte du centre, a indiqué à une correspondante de l'AFP Antton Lamothe, délégué CGT. "L'agent est hospitalisé mais ses jours ne sont pas en danger", a indiqué la direction.

Selon le syndicaliste, ce geste "mûrement réfléchi" est lié "à 100%" aux conditions de travail. L'homme a laissé une lettre à deux collègues dont M. Lamothe, dans laquelle il écrit notamment "mon geste n'est dû qu'à ma situation professionnelle", et affirme avoir été "placardisé, ignoré, déprécié depuis des années, puis déprécié (...) à chaque fois sans aucune explication". "Nous sommes très choqués par cet événement grave", a déclaré à la presse dans l'après-midi Magali Mignard, responsable DRH de la Poste pour trois départements, dont les Pyrénées-Atlantiques. Elle a indiqué que la direction a mis en place une prise en charge de l'ensemble du personnel du centre de courrier de Bayonne qui compte 56 agents, "avec le médecin du Travail et une cellule d'écoute".

La direction n'a pas souhaité commenter les raisons du geste désespéré, disant attendre les conclusions d'une enquête interne, en lien avec le Comité hygiène et sécurité et des conditions de travail (CHSCT) extraordinaire qui s'est tenu lundi après-midi. La CGT a indiqué avoir alerté la semaine dernière la direction sur le sort de cet employé, une alerte que la direction n'a pas commenté lundi. "L'heure n'est pas à la polémique mais à l'écoute de nos agents et à la recherche d'éléments nous permettant de comprendre ce geste", a déclaré Mme Mignard. La Poste avait connu, au niveau national en 2012, deux suicides de cadres en février et mars, et d'un guichetier en novembre sur son lieu de travail. A la suite des suicides du début année, la Poste avait lancé un "grand dialogue" et chargé une commission présidée par l'ex-secrétaire général de la CFDT, Jean Kaspar, d'un rapport, qui a préconisé 4.500 à 5.000 embauches pour améliorer le climat social.

Repost 0
Published by focompostelandes - dans LES COMMUNIQUES
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 11:39

Lu pour vous : Accord conclu à La Poste sur les conditions de travail

Le texte prévoit notamment des mesures d'âge pour les salariés seniors.

Pour la direction de La Poste, c'est un succès : au terme de plusieurs mois de négociations, une majorité de syndicats ont accepté hier de parapher l'accord-cadre destiné à refonder les conditions de travail, suite aux suicides de salariés qui ont traumatisé l'entreprise l'an dernier.

« Au vu du contexte depuis un an, une telle issue n'allait pas de soi », indique un cadre. Tout en soulignant les limites du texte qui leur était soumis, la CFTC, la CFDT, la CGC et l'Unsa l'ont néanmoins approuvé. Après discussion en interne, FO les a rejoints, permettant au camp des signataires de franchir le cap des 30 % de salariés représentés, nécessaires pour que l'accord puisse s'appliquer.

Les deux principales organisations, la CGT et SUD, qui représentent 51,5 % des salariés à elles deux, n'ont pas signé. Mais les représentants de la CGT, tout en relevant des « points de blocage », se disent néanmoins « contents d'avoir fait évoluer le texte de départ », écartant ainsi implicitement la possibilité d'un droit d'opposition. De son côté, Sylvie François, la directrice générale adjointe chargée des ressources humaines, a salué « un accord fondateur », dans lequel elle voit également « un nouveau départ pour le dialogue social à l'intérieur de La Poste », insistant sur l'esprit constructif de tous ses interlocuteurs.

Afin d'améliorer la qualité de vie au travail, l'accord-cadre prévoit huit négociations complémentaires devant s'ouvrir dans les semaines à venir, sur l'encadrement, le dialogue social ou encore la fonction RH. Mais le texte comporte également des mesures immédiates : création d'un « dispositif d'alerte » permettant aux syndicats de saisir la direction, possibilité d'expérimenter le télétravail jusqu'à deux jours par semaine sur la base du volontariat, priorité à l'embauche en CDI pour les CDD…

Un mi-temps payé 70 %

Les quinquagénaires, qu'ils soient fonctionnaires ou en CDI de droit privé, retiendront surtout, eux, la possibilité d'opter pour un mi-temps payé 70 % s'ils remplissent un certain nombre de critères, et notamment s'ils ont exercé des fonctions classées comme pénibles par la direction. Le dispositif sera accessible à partir de cinquante-trois ans pour les fonctionnaires. Au vu de leur moyenne d'âge (50 ans et 3 mois en 2011), il devrait connaître un succès certain.

Lionel Steinmann

Source : Les Echos Publié le 23/01/2013

Repost 0
Published by focompostelandes - dans LES COMMUNIQUES
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 13:58
A l’occasion de la publication des décrets du 30 janvier 2012 relatifs à l’organisation et au fonctionnement des services de santé au travail, FO réaffirme que la réforme aujourd’hui entrée en vigueur met en péril l’avenir de la prévention des risques professionnels dans son ensemble.

En cette période d’explosion du mal être au travail, d’allongement de la vie professionnelle, de multiplication des pathologies «à effets différés» et dans un contexte de crise économique, il est aberrant de mettre toujours plus d’obstacles entre le salarié et son médecin du travail.

FO dénonce une réforme qui ne répond aucunement à la question initialement posée : comment résout-on le problème de la pénurie des médecins du travail?

FO dénonce la possibilité, pour la majorité des entreprises, de déroger à la périodicité des visites médicales de 24 mois lorsque sont mis en place des entretiens infirmiers et des actions pluridisciplinaires annuelles. Remplacer les médecins du travail peu nombreux par des infirmiers, eux-mêmes en nombre insuffisant, ne permettra pas la mise en place d’une politique dynamique de lutte contre les risques professionnels.

FO dénonce une multiplication d’acteurs au sein des services de santé au travail, dont la protection et l’indépendance vis-à-vis des employeurs ne sont prévues par aucun texte. Dès lors, comment contraindre une entreprise à modifier une organisation du travail pathogène et génératrice de risques?

FO dénonce l’allongement des durées d’absence déclenchant automatiquement une visite de reprise. La durée d’absence nécessaire passant de 8 jours à 30 jours en cas d’accident du travail, et de 21 jours à 30 jours en cas de maladie. L’objectif de cette mesure n’est pas à démontrer: espacer, différer, supprimer les visites médicales pour donner l’illusion d’un système fluide… FO dira inefficace et dangereux.

FO dénonce donc une réforme nocive pour les salariés qui, non seulement ne règle pas les dysfonctionnements jusqu’ici constatés mais en ajoute d’autres. Avec toujours ce même constat : les salariés les plus exposés aux risques, évoluant dans des environnements professionnels agressifs et souvent sujets à des conditions de travail dégradées continueront de payer, au prix fort et en moindre espérance de vie, des réformes «low cost» et pensées à bas coûts...

Repost 0
Published by focompostelandes - dans LES COMMUNIQUES
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 08:33
Le Groupe La Poste, pour la première fois de son histoire, va déclencher un plan social dans plusieurs de ses filiales. Il s’agit d’entreprises spécialisées dans l’éditique, la dématérialisation et l’archivage électroniques.

Depuis quelques années, La Poste s’est engagée à grand frais dans ces domaines censés porteurs d’avenir. Aujourd’hui, l’heure est à la déconvenue, avec des restructurations et des licenciements à la clé.

Pour FO COM, il est inacceptable que des salariés payent des erreurs d’appréciations et les aléas de la conjoncture. D’autant que le Gouvernement, au moment où le chômage explose dans le pays, a formellement interdit toute suppression d’emploi dans un groupe public (cf. la « jurisprudence AREVA »).

La Fédération FO COM demande donc à l’Etat, premier actionnaire de La Poste, de faire respecter les directives  qu’il a lui-même édictées.

Il est inconcevable qu’au sein de la première entreprise publique française, des salariés de filiales servent de variable d’ajustement

Par FO COM, mardi 24 janvier 2012

Repost 0
Published by focompostelandes - dans LES COMMUNIQUES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de focompostelandes
  • : Fédération syndicaliste force ouvrière de la communication : Postes et Télécommunications: section des Landes
  • Contact

Recherche

Archives