Le gouvernement portugais a fixé à 5,52 euros le prix par action pour l’introduction en Bourse de la poste (CTT), ce qui valorise l’ensemble du groupe 828 millions d’euros, ont annoncé mardi les autorités boursières.

Le prix se situe en haut de la fourchette fixée le 18 novembre entre 4,10 et 5,52 euros par action. Comme le gouvernement a décidé de privatiser 70% du capital de la poste, l’Etat encaissera près de 580 millions d’euros.

Sur les 105 millions d’actions mises en vente, 20% ont été achetées par les particuliers, parmi lesquels les salariés qui ont pu en acquérir au prix unitaire de 5,24 euros. Le capital restant était réservé à des investisseurs institutionnels.

Les actions de CTT seront cotées à la Bourse de Lisbonne le 5 décembre. Avant leur introduction officielle, une séance spéciale est prévue le 4 décembre afin de tester l’intérêt des investisseurs.

Détenue jusqu’ici à 100% par l’Etat, la poste figurait sur la liste d’actifs que le Portugal s’est engagé à céder dans le cadre du programme de privatisations prévu par le plan d’aide financière négocié en mai 2011 avec l’Union européenne et le Fonds monétaire international.

La poste est la première société introduite à la Bourse de Lisbonne depuis l’entrée de EDP Renovaveis le 4 juin 2008.

En bonne santé financière, CTT a dégagé un bénéfice net de 45,2 millions d’euros sur les neuf premiers mois de 2013, en hausse de 27,7%.

Pour 2014, le conseil d’administration de CTT s’est fixé comme objectif de distribuer 60 millions d’euros de dividendes dont devraient bénéficier les futurs actionnaires.

Cette opération intervient après le succès à la mi-octobre de la mise en Bourse de l’emblématique service postal britannique Royal Mail.

AFP